Témoignage de Lucie – Coach sportif en mission de volontariat au CCAA


Ma présentation

Je m’appelle Lucie de Roquemaurel, j’ai 35 ans, je suis coach sportif française et d’origine hondurienne.
Je suis arrivée au Honduras à la fin du mois de mars pour une mission d’un peu moins de 2 mois, avec l’objectif d’aider au développement du restaurant d’application et la vente des espaces futurs, apporter aux jeunes de CAP un meilleur niveau de service, de savoir-faire et de techniques de ventes.
Du point de vue sportif, l’objectif était de leur démontrer les bienfaits du sport tant sur le plan physique que mental ainsi qu’établir un lien entre le sport et leurs futurs métiers. J’ai aussi pu sensibiliser les jeunes et les mamans à l’impact du sport et de l’alimentation sur nos vies.

Mon parcours

J’ai un parcours en hôtellerie et restauration, j’ai eu la chance de travailler en France comme à l’étranger dans des établissements de renommée et dans différents services.
Puis j’ai décidé de me diriger vers ma passion, le sport et vers un tout autre métier, coach sportif.
Etant originaire du Honduras mais n’ayant jamais connu mon pays, l’idée de départ était de le découvrir, mais qui dit découvrir un pays dit découvrir les Honduriens.
Et je pense qu’il n’y avait pas meilleure façon.
Je voulais vraiment connaître ces jeunes et partager quelque chose avec eux.

L’interculturalité

J’ai été surprise par la différence d’un village à un autre, d’une zone à une autre, d’une rue à une autre on passe de la « normalité » à la pauvreté en un rien de temps…
Les différences qui m’ont le plus marquées entre la France et le Honduras sont leur façon de vivre, l’amabilité, l’accueil et la joie des Honduriens, la beauté des paysages, je ne m’attendais pas tout à fait à cela.
En fait je crois que la plus grande différence entre la France et le Honduras c’est que les Honduriens vivent avec beaucoup moins que nous mais sont reconnaissants de tout, leur joie de vivre vient de là.

Ma mission

Je suis arrivée au CCAA un mercredi et dès le lendemain j’ai tout de suite été mise dans le bain, j’ai passé les jours suivants avec les étudiants CAP en cuisine et en cours, de façon à observer leur façon de travailler. Ils m’ont accueillie à bras ouvert et avec une gentillesse et un respect à toute épreuve. J’ai été impressionnée par leur maturité, leur savoir-faire, leur sérieux et leur reconnaissance.
Nous avons partagé des moments agréables et forts que ce soit au niveau du sport ou des cours, ils ont montré une envie d’apprendre et de donner le meilleur comme on en voit peu.
J’ai pu découvrir les faiblesses mais surtout les forces de chacun et créer des liens.

 La réciprocité

Cette expérience m’a apporté tellement de choses! Une vision différente de la vie, du bonheur et du partage.
Je me suis tout simplement attachée à ces jeunes et compte bien rester proche d’eux d’une manière ou d’une autre, ce que je retiens le plus c’est la joie de vivre des Honduriens malgré les difficultés.
Tout aura changé après cette expérience, la découverte de mon pays, des Honduriens et de ces jeunes qui nous rappellent les choses primordiales de la vie.
Le Honduras fût une merveilleuse découverte humainement et culturellement parlant mais c’est aussi un pays qui regorge d’une nature et de paysages magnifiques.
Tout a changé puisque aujourd’hui je souhaite m’installer au Honduras.

Et après ?

Aujourd’hui je recherche un poste de coach sportif ici à Tegucigalpa, je commence à travailler lundi avec des enfants au cours d’un « Summer camp » et si je le peux, j’aimerais continuer à donner des cours de sport au CCAA de temps à autre pour les élèves et les parents qui eux aussi ont réussi à se motiver et ont montré leur envie de continuer.

Mon message pour tous ceux qui soutiennent le CCAA

Ce que je souhaiterais leur dire c’est tout d’abord merci pour ces jeunes et surtout de continuer à soutenir le CCAA car le travail de Mathilde et de chacun des membres est remarquable, il apporte réellement quelque chose et donne une chance à ces jeunes de grandir, de se responsabiliser, de partager des moments de bonheur et de se préparer à l’avenir de la meilleure façon.
J’ai pu voir la reconnaissance qu’ils ont et le sourire qu’ils ont, tout cela est bien réel et cela n’a pas de prix.

Lucie